Au pays des mahārājas...
On peut préciser que ça se trouve en Inde
Les bâoris



(Photographie au téléphone portable. Le singe non coopératif n'est resté là qu'une fraction de seconde !)


Un "bâori", kézako ?

Un "bâoli", "bâodi", "bâori" ou "bāwrī" est un puits à degrés ("stepwell" in ingliche), utilisé autant pour des raisons religieuses et rituelles, que pour servir d'approvisionnement en eau. Il y en a tout plein (parfois tout vides) en Inde.

Ci-dessous un catalogue de quelques bâoris rencontrés au Rajasthan. Etant des lieux consacrés au rite religieux, il est normal que ces lieux soient gardés bien propres et soignés.
😁


''Toorji ka jhalra'', bâoli à Jodhpur
(28mm, ISO 900)


Le singe est de retour !

''Panna Meena ka kund'', bâoli à Amber
(50mm, ISO 250)

Plus la saison séche est avancée (après la mousson d'été)...
...plus le niveau d'eau baisse (le niveau d'eau maximal est bien visible sur l'image ci-dessous).
...Et donc, plus le bâori semble profond. Dans quelques semaines, d'autres escaliers deviendront visibles dans le fond.

''Dhabhai kund'', bâoli à Bundi
(28mm, ISO 125)


Un simple coup d'oeil sur les escaliers découverts par la baisse du niveau...
...permet de supposer que l'eau n'est pas parfaitement limpide et pure.
😕

''Dhabhai kund'', bâoli à Bundi
(28mm, ISO 100)


''Dhabhai kund'', bâoli à Bundi
(85mm, ISO 110)


''Mahila Bag jhalra'', bâoli à Jodhpur
(50mm, ISO 800)


Il peut arriver, parfois, que le passage du photographe ait lieu avant que le personnel chargé du ménage a terminé son travail... ce qui explique sans doute que ce lieu sacré ne soit pas parfaitement bien rangé.
😁

''Nagar kund'' (ou ''Sagar kund''?) à Bundi
(28mm, ISO 360)


''Sagar kund'' (ou ''Nagar kund''?) à Bundi
(28mm, ISO 900)


Une pensée émue pour la personne qui a oublié sa chaussure à cet endroit, et qui a dû poser son pied nu dans ce cloaque. Il est vrai qu'en Inde, marcher pieds nus dans les immondices ne gêne apparemment pas grand monde.

Dans ''Mahila Bag jhalra'', bâoli à Jodhpur
(28mm, ISO 360)



(105mm, ISO 360)


Il existe à Bundi plus de 60 bâoris différents. La plupart sont de vraies poubelles (cf. quelques unes des images ci-dessus). Certains sont même fermés par des grillages... afin que les détritus restent à l'extérieur.
Pas vraiment réussi.
🤨

Bâoli à Bundi
(28mm, ISO 160)


Est-ce un usage local de laisser un vêtement rouge dans les bâoris ???
🙄

''Mahila Bag jhalra'', bâoli à Jodhpur
(28mm, ISO 160)


''Panna Meena ka kund'', bâoli à Amber
(50mm, ISO 100)


Tout ce qui ruisselle le long des 4 faces du bâori se retrouve au fond. Il est clair que ce qui tombe sur chacun des côtés, ce n'est pas de l'eau distillée.
😊

L'eau qui est au fond du bâori
n'est évidemment jamais renouvelée.
Jamais filtrée.

Mais heureusement...
...les U.V. d'un rayon de soleil se chargent de stériliser ce bouillon de culture.

Hop, piscine !
😁
Piscine !
(NB : les traces noires sur les marches sont des traces d'eau, laissées par le plongeur après sa sortie de la "piscine".
Des traces de cette couleur permettent d'avoir une idée de la pureté de l'eau et de la propreté du sol)

Plongeon dans ''Toorji ka jhalra''
(58mm, ISO 64)



La plupart des bâoris du Rajasthan ont été construits grâce au financement consenti par les mahāranis (épouses des mahārājas, "rani" = reine), la corvée d'eau étant une tâche dévolue aux femmes.

Charmante attention !

Et si on parlait un peu de
la condition féminine
au Rajasthan ?



Retour vers l'introduction.
Retour vers haut de page.



(Toutes les photographies, sauf indication contraire, ont été réalisées à l'aide d'un "vieux" Nikon D810).