...la conclusion c'est :

😄



Au rythme de la progression actuelle, l'Inde sera bientôt le pays le plus peuplé de la planète.

Une rue dans Jodhpur
(250mm, ISO 720)


C'est d'ores et déjà un pays ultra-moderne qui fabrique des avions, qui envoie des satellites dans l'espace, qui fait fonctionner des centrales nucléaires... et qui possède le feu nucléaire, tout comme son voisin honni, le Pakistan.

Il y a matière à être inquiet.

L'Inde ayant pris naturellement le modèle de consommation occidental, pollution et développement anarchique sont partout. Réseau routier disparate (en grands travaux), et véhicules motorisés obsolètes et polluants (très nombreux) laissent présager une forte augmentation de la pollution, et des gaz à effet de serre, dans les années à venir. Et ils seront bientôt 1 milliard 400 millions.

Il y a VRAIMENT matière à être inquiet.

D'autant plus que les Indiens ne sont pas conscients de l'état de la planète... ni de leur environnement. Par exemple, c'est dans ce bouillon de culture (ci-dessous) que les Indiens font leur lessive et leur toilette.

Lac Pichola à Udaipur
(28mm, ISO 64)

(les trucs douteux à la surface de l'eau ne sont pas des algues, mais de l'eau croupie. L'odeur ne laissait aucun doute à ce sujet)

Au Rajasthan, l'eau est de piètre qualité, y compris au robinet, y compris dans les hôtels pour Occidentaux (on se brosse les dents à l'eau minérale, à moins d'être suicidaire). Mais en revanche le réseau sans fil fonctionne parfaitement : on peut se connecter à Internet dans toutes les décharges à ordures, et dans tous les caniveaux.
😕

Lac Pichola à Udaipur
(35mm, ISO 64)

Dans une rue de Bundi
(28mm, ISO 560)

Même les femmes utilisent un téléphone sans fil, c'est donc que l'objet est d'usage courant !
😂



Lac Pichola à Udaipur
(28mm, ISO 180)

Un habitant du coin venait de mettre la main dans ce liquide infect pour en retirer une bestiole aquatique crevée. A ma question "fish?", il m'expliqua qu'il n'y avait plus assez d'oxygène dans cette eau pour que les poissons y vivent. Je n'ai pas osé lui dire qu'il y avait surtout trop de mer**. Nous sommes tombés d'accord sur l'adage "water is life".

L'eau c'est la vie... mais que dire de l'air ?

Au Rajasthan, plus on regarde loin... plus on voit au travers d'une épaisse couche de poussières.

Jaswant Thada vu de loin
(300mm, ISO 250)

A titre de comparaison, la page précédente montre le même monument (Jaswant Thada), à plus faible distance.

En ville, il arrive fréquemment de voir un véhicule entièrement recouvert d'une couche homogène de poussière : il suffit qu'il soit resté quelque temps en stationnement. La poussière est partout !

Au centre de Bundi
(28mm, ISO 64)

Dans ces conditions... posséder une voiture noire n'est pas l'idéal. En revanche sur une vache grise, c'est très seyant.
😁

1ère photo de la journée, en bas de l'hôtel !
(35mm, ISO 64)


Plaisanterie à part, une telle quantité de poussières dans l'air est inquiétante et dangereuse. Moins pour les touristes que pour les locaux ; moins pour les adultes que pour les enfants. Il semble que personne n'en soit conscient.


En haut de Jaipur
(28mm, ISO 64)

Toutes les villes indiennes visitées sont affreusement polluées. Le pire c'est Delhi ; y voir le ciel est mission impossible. Quand on s'éloigne, la situation s'améliore... sans être idyllique.


La remarque ci-contre s'applique à la situation sanitaire du pays, on peut hélas la transposer à d'autres domaines.
😟
''Le Monde'' du 28/01/2020
(Extrait du journal "Le Monde"
du 28/01/2020)


Et la bouffe, alors ???

Udain's restaurant : bon appétit
(28mm, ISO 64)


Tant que les singes trouvent à se nourrir, les Hommes devraient aussi réussir à s'alimenter, non ?

...dans les poubelles... bon appétit
(85mm, ISO 2200)

Y'a du stock : suffit de se baisser.
🤢

Des détritus partout !
(28mm, ISO 64)


Des détritus partout !
(28mm, ISO 80)

...Et les vaches le savent bien.
Miammm, une poubelle !

Qui a dit que la vache est herbivore ?
(28mm, ISO 220)



Le Covid-19 a été détecté pour la première fois en Inde le 30 janvier 2020, chez un étudiant du Kerala de retour de Chine (d'après "Le Monde"). Ci-dessous, à propos de la pandémie de coronavirus, qui, évidemment, ne peut épargner le Rajasthan.

(Ci-contre et ci-dessous,
extraits du journal
"Le Monde" du
20/03/2020)
''Le Monde'' du 20/03/2020
''Le Monde'' du 20/03/2020
... no comment.
Ah bon ? On avait oublié de le dire ???
Les Indiens n'hésitent pas, en effet, à cracher par terre... Et pourquoi ne pas cracher, quand on voit ce qu'ils s'autorisent d'y faire par ailleurs. Des toilettes publiques ??? Non, pas vu un seul exemplaire.
😟




La civilisation indienne nous a donné le mot "gourou", qui signifie en sanskrit "maître spirituel", et qui est passé dans notre vocabulaire courant.
L'Inde est souvent considérée comme le pays des gourous, le pays de la sagesse, de la non-violence, de l'ascétisme, qualités personnifiées par le très célèbre mahatma Gandhi. Mais non : le Rajasthan est en fait un pays d'une sauvagerie, d'une violence et d'une inhumanité terribles.

(sans commentaire)
(50mm, ISO 64)
Les animaux sont déifiés.
Les pauvres ne sont pas mieux considérés que les animaux.

Bundi
(50mm, ISO 64)

Chacun son karma : c'est le reflet de nos actions antérieures (dans nos vies antérieures) qui se manifeste dans notre vie actuelle.

Udaipur
(28mm, ISO 64)

En Inde, un individu peut naître, vivre toute sa vie, et mourir dans la rue. Ci-dessous, un trottoir de Jaipur, capitale du Rajasthan, au petit matin.

Sur un trottoir au centre de Jaipur
(Photographie au smartphone)



On doit aider les gens qui vivent au Rajasthan.
Parce que leur avenir sera le nôtre.

(NB : ces phrases ont été écrites en 2020 au début de la pandémie. Un an plus tard, les Indiens meurent massivement à court d'oxygène. Espérons que la dernière phrase ne sera pas prémonitoire)





Bonus ! Une p'tite annexe.










(Toutes les photographies, sauf indication contraire, ont été réalisées à l'aide d'un "vieux" Nikon D810).