Au pays des mahārājas...
On peut préciser que ça se trouve en Inde
Quelques monuments du Rajasthan.



Des palais, des temples, des forts, des châteaux, des belles demeures, ... le Rajasthan regorge de constructions à faire pâlir un architecte en mal d'inspiration.
Pour les monuments...
...qui dit Rajasthan dit épatant.
😉


Jal Mahal à Jaipur
(50mm, ISO 125)
TOP !

Mais... mais... quelle que soit la qualité et l'originalité des monuments du Rajasthan... il ne faut pas oublier qu'on est en Inde.
Oh non, oh non... impossible de l'oublier...
😁

Jagdish temple, au centre d'Udaipur
(28mm, ISO 64)


Ci-dessous, c'est la "golden hour" à Jaipur devant le Jal Mahal !
(Pour ceux qui ne font pas de photos, rappelons que la "golden hour" est le moment de la journée où les photos ont le plus de chances d'être réussies, même lorsqu'on utilise un appareil photo de mer#&)
😁

Jal Mahal à Jaipur
(85mm, ISO 160)

Devant le Jal Mahal, la "golden hour" faut en profiter à deux  !

Jal Mahal à Jaipur
(70mm, ISO 180)


"Mahal" signifiant "palais", le Jal Mahal est le "palais de l'eau". Pas compliqué les langues vivantes.
😊

L'Histoire, en revanche, ce n'est jamais simple au Rajasthan. Situé au milieu du lac artificiel Man Sagar, le Jal Mahal est typique de l'architecture rajput. Impossible de savoir quand débuta sa construction ; il a été rénové et agrandi au XVIIIème siècle par le mahārāja d'Amber, un certain Jai Singh II.


Ci-dessous, sur le lac Pichola devant la ville d'Udaipur, à gauche Jag Mandir (construit entre 1551 et le milieu du XVIIème siècle), à droite Mohan Mandir (construit au milieu du XVIIème siècle).

...mais que signifie donc "Mandir" ?

Jag Mandir et Mohan Mandir
(70mm, ISO 64)

"Mandir" signifie "temple hindou", une représentation du cosmos réservée à des usages religieux et spirituels.


Au Rajasthan, les religieux n'ont pas de problèmes de fin de mois. Ci-dessous le temple sikh de Pushkar.
Sikh c'est chic.
😋

Temple sikh de Pushkar
(300mm, ISO 140)

Ahhh... Pushkar...
🙄
Pink Floyd : ''The wall''
"The wall"...
"Wish you were here"...
"David Gilmour restaurant"...
(...et on en passe, Pink Floyd n'a pas l'exclusivité)

Babas cools et bobos clowns ne manquent pas de s'anticonformister  ‑pardon pour le néologisme‑  dans les coins branchés du Rajasthan, à Pushkar.

Pushkar... ambiance baba cool
(Leica Q (28mm), ISO 100)


A Pushkar, le Rajasthan c'est agaçant. 😠

Parenthèse pleine de fiel :

Pushkar est aux hindous ce que La Mecque est aux musulmans.

En résumé, le dieu Brahmâ sous forme d'un cygne avec un lotus dans le bec, devait laisser tomber ce lotus à l'endroit qui deviendrait un lieu sacré...
...et la fleur de lotus est tombée pile-poil à Pushkar : ça c'est du pot. 😊

C'est depuis ce moment-là que le lac Pushkar est devenu un endroit de pélerinage pour les hindous. Cinquante-deux ghats permettent aux pèlerins de descendre au niveau du lac pour se baigner dans les eaux sacrées.
Et une pléthore de parasites profitent de la crédulité de leurs semblables pour leur extorquer des offrandes (sacrées), mais toujours sous la forme de (gros) billets de banque.

Wikipédia : "La ville fut un point de passage important pendant les pèlerinages hippie des années 1970. La ville reste une destination privilégiée du mouvement hippie et post-hippies". Chacun est libre de se faire couillonner ; mais si les couillonnés peuvent attirer la sympathie, les pseudos-sages qui profitent de leur naïveté ne peuvent que susciter l'aversion.
😡

(fin de la parenthèse)

Sur les ghats (sacrés) du lac (sacré) de Pushkar, la brigade (sacrée) des sages (sacrés) officie avec zèle (sacré) et sans aucune courtoisie pour interdire de photographier (la photo étant une occupation pour rustres primitifs, comme chacun sait).
😊
Franchement, rien de gênant dans cette interdiction : c'est moche.
Et même "sacrément moche".
😁

De plus, il faut retirer ses chaussures (harnachement de manant) pour piétiner dans les déjections (sacrées) qui maculent ces lieux (sacrés). Non merci.

Les ghats (sacrés) de Pushkar : c'est moche
(Leica Q (28mm), ISO 100)

"NO SHOES", "NO PHOTOGRAPHY", "NO SMOKING"... les multiples interdictions écrites et proclamées partout, de multiples fois, peuvent faire penser que le taux d'alphabétisation du Rajasthan est en progrès.
😁

(une parenthèse, mais juste pour la déc@~ne)

"Pas de chaussures, pas de photos, pas de clopes.
Un gros mécréant non fumeur qui enlèverait ses godasses et ne possèderait pas d'appareil photo... pourrait-il bouffer un hamburger sur les ghats sans se faire engµ~~ler ? Non ??? Un hot-dog, alors ??? Une p'tite tranche de sauciflard ???"


(fin de la parenthèse iconoclaste)

Inutile de préciser que ces gens-là, s'occupant du salut des âmes, appartiennent aux plus hautes castes de la société indienne. Les pauvres des "basses castes" triment pour nourrir ces parasites, pendant qu'ils s'occupent des tâches nobles : méditer et glander.
Et escroquer le touriste, et faire ch*** les photographes. C'est du boulot.
😠

Pour oublier au plus vite ces enragés du Rajasthan, et pushcar ils m'ont énervé, il n'y aura ici aucune autre image des monuments de cet endroit dans lequel le mot "tolérance" a été banni du vocabulaire.


Et pour élever le débat...

Mehrangarh à Jodhpur
(28mm, ISO 64)

...deux pièces/cuisine avec vue imprenable sur Jodhpur.
😉

Mehrangarh à Jodhpur
(70mm, ISO 64)

Mehrangarh est un fort ("garh" = fort) dont la construction, débutée en 1459 sous le règne de Rao Jodha, le fondateur de la ville de Jodhpur, a été achevée au XVIIème siècle sous le règne de Jaswant Singh. Mehrangarh domine Jodhpur d'une hauteur supérieure à 120 m.

Devant le fort Mehrangarh (pléonasme, car fort se dit "garh"), la statue d'une célébrité locale.

En regardant le Mehrangarh
(28mm, ISO 64)


Sur les hauteurs de Jodhpur, le monument funéraire Jaswant Thada au coucher du soleil. Le marbre blanc, aveuglant dans la journée, prend des teintes dorées.
(Tsss... tsss... "golden hour") 😉

Jaswant Thada au coucher du soleil
(28mm, ISO 64)

Jaswant Thada est un cénotaphe érigé en 1899 pour le mahārāja Jaswant Singh II. Dans la journée, il y a foule, mais au petit matin... pas un chat.
😉

Jaswant Thada au petit matin
(28mm, ISO 64)


Chittorgarh, le plus grand fort de l'Inde (280 hectares) est une citadelle dont la circonférence mesure 13 km : ceux qui aiment les cailloux y trouveront leur bonheur. Le propriétaire n'avait pas mégoté sur les hectomètres carrés de surface au sol pour loger son harem.

Château de Chittorgarh
(28mm, ISO 64)
(parenthèse historique)
Chittorgarh, ancienne capitale du clan des Rajputs du Mewar (280 hectares, 4 palais, 19 temples, 4 mémorials, et 20 réservoirs pour stocker l'eau si précieuse), fort construit entre le VIIe et le XVe siècle, réputé imprenable car situé sur une colline présentant des pentes à 45°, entouré d'une muraille circulaire et accessible seulement par 7 portes successives ; la citadelle fut l'objet de maintes batailles au cours du temps entre les rajputs et les moghols.
(fin parenthèse)


Aussi impressionnant, le palais du rāja de Bundi. Il est habité !

Le palais du rāja de Bundi
(28mm, ISO 64)

Le palais du rāja de Bundi
(50mm, ISO 64)

Le palais du rāja de Bundi
(28mm, ISO 64)



A l'intérieur du fort d'Amber, l'entrée des appartements privés du mahārāja.
Propre : le petit personnel y veille.
😉

Fort d'Amber
(300mm, ISO 180)


C'est mieux rangé que le centre de Jodhpur, "la ville bleue" (ci-dessous, la résidence secondaire de Batman).
😉

Vieille ville de Jodhpur
(28mm, ISO 500)

La majorité des habitations est construite de bric et de broc, mais il est courant de trouver des demeures grandioses qui témoignent de la richesse de cette contrée (ci-dessous sur le bord du lac Pichola à Udaipur, lorsque le soleil levant se reflète dans les fenêtres).
Qui dit Rajasthan dit éclatant. 😉


Lac Pichola à Udaipur, soleil levant
(300mm, ISO 320)


Les images précédentes peuvent laisser penser qu'il n'y a pas grand monde autour des monuments du Rajasthan. Cette impression est fausse : les lieux touristiques sont surpeuplés, et il faut utiliser maintes astuces pour réaliser une image correcte.


Vidéo ! Montez le son !
(22 secondes)


(NB : cliquer sur l'image ci-dessus pour voir cette séquence vidéo.
Ce ''clic'' ouvrira le lien GoogleDrive dans un onglet autonome)

Hawa Mahal, le "palais des vents" à Jaipur, est le prototype du monument autour duquel les touristes s'agglutinent volontiers. Aux premières heures de la matinée, le concert de klaxons est déjà bien avancé.


L'entrée du plus profond et du plus terrifiant des "bāwrī" du Rajasthan, à Neemrana.

Bāwrī de Neemrana
(28mm, ISO 64.
C'est la première photo de ce périple !)

Lorsqu'on descend à l'intérieur, l'ambiance change radicalement, dans le style "Indiana Jones & le temple maudit". Les rebords cassés, les marches ébréchées sont les témoins de l'abandon du bāwrī de Neemrana, depuis fort longtemps.
Et plus on descend... plus l'ambiance "Indiana Jones" se confirme...
😧

Bāwrī de Neemrana
(28mm, ISO 5600)

Confidence (chut ! ne le dites à personne) : lorsqu'on arrive au Rajasthan, et que, dès le premier après-midi du séjour, dès le premier arrêt... on voit un monument comme celui-là... Oupsss ! On se demande ce qu'on pourrait bien voir, dans la suite du voyage, qui soit plus... comment dire... plus "dépaysant".
Et on se jure que dorénavant... on n'oubliera pas de mettre une protection sur la tête.
Parce que, comme Newton l'avait constaté, ce qui est en haut a une tendance forte à se retrouver en bas.
Shampoing à prévoir.
😮
Qui dit Rajasthan... dit déconcertant.

Bāwrī de Neemrana
(28mm, ISO 64)

"Inexplicable que quelque chose d'aussi extraordinaire (pour ne pas dire colossal) n'apparaisse sur aucun itinéraire, aucun guide, aucun canon d'architecture" (source : web, in inglishe. Traduction fidèle).
Etonnant mais vrai : ce monument gigantesque, situé à 2 km seulement de l'autoroute Delhi-Jaipur, qui est complètement ignoré des guides et des circuits touristiques... c'est un puits.

Bāwrī de Neemrana
(28mm, ISO 360)



Chez les hindous polythéistes, les animaux sont déifiés, les plus populaires étant le dieu-éléphant Ganesh et le dieu-singe Hanuman. Si la rencontre inopinée d'un éléphant est rare, en revanche nul n'est à l'abri de trouver un singe dans sa salle de bain.
😊

Tiens, un singe !
(28mm, ISO 100)

Les temples qui sont dédiés au dieu-éléphant Ganesh et au dieu-singe Hanuman sont très nombreux. Ci-dessous, le "monkey temple" (Galta Ji) à Khania-Balaji.

Galta Ji, ''Monkey temple'' à Khania-Balaji près de Jaipur
(28mm, ISO 720)

Si le reflet dans la pièce d'eau est aussi esthétique (ci-dessus), c'est parce que l'eau est très sombre.

Et pourquoi l'eau est-elle aussi sombre ?
(la technologie actuelle ne permet pas de reproduire l'odeur, qui est un bon indice pour la réponse...)
😁
De l'eau croupie, comme d'hab' !
😉
Un autre indice ci-contre.
(35mm, ISO 1100)


Galta Ji, ''Monkey temple''
(180mm, ISO 90)


Les monuments du Rajasthan brillent d'une richesse architecturale rare.
Pour les amateurs de littérature, certains détails architecturaux des temples indiens éclairent le best-seller local (Kāmasūtra), et peuvent illustrer l'introduction de cet ouvrage volumineux.
😁

Détail architectural du temple Galta Ji
(300mm, ISO 6400)




Il est temps de conclure !
😉





Pour revoir l'une des pages précédentes...
Introduction : plongée dans le pays des mahārājas
les puits à degrés du Rajasthan, les "bâoris"
la condition féminine au Rajasthan
scènes de vie et scènes de rue
dans la rue, scènes de vache
les animaux au Rajasthan
quelques monuments.





(Les séquences vidéo ont été tournées en 4K avec un simple portable Samsung S9. Toutes les photographies, sauf indication contraire, ont été réalisées à l'aide d'un "vieux" Nikon D810).