Made in Japan

(9e partie : un pays profondément ancré dans ses traditions)



Plaque commémorative d'Hiroshima
(Nikkor 28-300mm à 50mm, ISO 560)

Une plaque commémorative qui a été posée le 42/8/6 ? ....et qui parle de toute évidence du 20/8/6 ? A Hiroshima, le doute n'est pas permis : le 8/6, c'est bien la date qui a changé la vie de la cité, le 6 août.

La date de la bombe d'Hiroshima, le 20/8/6 ???
Et oui, la bombe d'Hiroshima, au Japon, elle est tombée le 6 août de l'année 20. Pas l'année 1945.

Parce qu'au Japon, la naissance de Jésus-Christ, c'est moins important que l'accession de l'empereur au trône. Ce qui permet de savoir immédiatement que cette plaque commémo a été posée la 42e année de son règne (42/8/6).

Dans tout ça, on peut se dire qu'on a beaucoup de chance pour la lecture des mois et des jours : le Japon a adopté pour origine de l'année la même date que celle de notre calendrier grégorien. Et les chiffres sont les mêmes que nos chiffres arabes.

Pour l'alphabet en revanche, c'est exotique.
Au Japon, on écrit en katakana, en hiragana et en kanji. Et on peut mélanger.


Attention à ce que vous allez faire !
(Nikkor 28-300mm à 50mm, ISO 360)

Ci-dessus, ce panneau signifie (après recherches approfondies) quelque chose comme "défense de jeter des ordures". Le dernier caractère est un kanji qui signifierait, d'après Wikipédia, "bosquet" (défense de jeter des ordures "dans ce bosquet"). Sans fanfaronner, fastoche : 2 sapins avec chacun une barre de "t", comme en français dans "bosquet". 😊

Ci-dessous, ça se corse : malgré de multiples recherches, on n'a aucune idée de ce que signifie cet obélisque. Dans le doute, on s'abstiendra de jeter des ordures.

Et ça veut dire ???...
(Nikkor 28-300mm à 200mm, ISO 1600)

Là où ça se corse encore un chouïa de plus, c'est lorsqu'on touche à la vie pratique. La flèche ci-dessous signale un endroit où il est possible de se restaurer.

Et ça veut dire ???...
(Nikkor 28-300mm à 28mm, ISO 1600)

...on n'est pas obligé d'y aller.

En revanche, il est des moments où il faut y aller. Quand on se déplace en train par exemple. C'est faisable : quand il faut y aller, il faut y aller...
...mais l'écriture japonaise n'aide pas le touriste occidental.

Alors où va-t-on ???...
(Nikkor 28-300mm à 56mm, ISO 180)


Les traditions, au Japon, se croisent un peu partout, par exemple dans les multiples temples shintoïstes (ou autres).
Ci-dessous, un des temples de Kokura, ville miraculeusement sauvée par la couverture nuageuse qui régnait le matin du 9 août 1945. Sinon ce temple, comme l'intégralité de la ville de Kokura, aurait été détruit par la bombe qui a été finalement larguée sur Nagasaki.

Kokura
(Nikkor 14-24mm à 14mm, 1/125sec, f/11, ISO 100)

Au Japon, qui dit temple dit "torii". Un torii est un portail, habituellement en bois, qui indique la limite entre le monde physique et le monde spirituel. Il est communément érigé à l'entrée d'un sanctuaire shintoïste. Ce qui permet de ne pas se poser de questions sur la signification du panneau ci-dessous.

Et ça veut dire ???...
(Nikkor 28-300mm à 28mm, ISO 200)


Un torii, c'est sacré.
Deux torii(s), c'est sacrément sacré.
Trois torii(s) c'est sacrément sacrément sacré.
Quatre torii(s), c'est... Et à Kyōto, au sanctuaire Fushimi Inari-taisha, on ne compte pas.

Série de torii(s)
(Nikkor 28-300mm à 28mm, 1/15sec, ISO 1600)

...quoique : dans la colonne de torii(s) appelée Senbon Torii, il est censé y en avoir 10.000.
Encore un truc de prospectus à touristes. 😊

Peinture en kanji sur torii
(Nikkor 28-300mm à 35mm, ISO 100)

Ces torii(s) sont, pour la plupart, des dons faits par des particuliers, des familles ou des entreprises à Inari. La déesse Inari représente la protectrice des céréales, et plus particulièrement du riz. Elle est également historiquement associé à l'abondance et la richesse, devenant la patronne des commerces, ce qui explique les dons...
Le nom des donateurs figure souvent sur les montants du torii. Le coût d’un torii valait en août 2016 entre 1.400€ et 10.400€ (source = Wikipédia).

Série de torii(s)
(Nikkor 28-300mm à 28mm, 1/15sec, ISO 1600)


Série de torii(s)
(Nikkor 28-300mm à 28mm, 1/15sec, ISO 1600)

NB : chaussures assorties à la couleur des poteaux... Cla-a-asse, non ??? 😊

Traditions : suite.
Au Japon, il est courant de rencontrer des habits différents de ceux que l'on croise traditionnellement dans nos rues.

Costumes traditionnels
(Nikkor 28-300mm à 28mm, ISO 200)

Le "top" de l'exotisme, en matière d'habillement, ce sont les mariages japonais. D'ailleurs on peut même voir des cravates à l'arrière-plan.

Costumes traditionnels
(Nikkor 28-300mm à 300mm, ISO 1600)


Mais à propos d'exotisme, que dire de la nourriture ?



Ahhh !!! la bouffe !





Revoir l'une quelconque des pages précédentes ?
Cliquer ici pour revoir la première partie,
...pour revoir Hiroshima & Nagasaki,
...pour revoir Fukushima fleurie,
...pour les trains "shinkansen",
...pour revoir la grande foule,
...pour revoir les macaques,
...pour revoir la civilisation,
...pour le pays bien rangé,
...pour les traditions.





Toutes les images de cette page ont été réalisées avec des objectifs Nikkor
sur boîtiers Nikon D800E et D810.