Made in Japan
(11e partie : un peu de modestie... Car on n'y comprend rien !)



Au Japon, il faut être humble : le commun des mortels n'y comprendra RIEN. Il ne s'agit pas du langage, auquel il n'est pas difficile de rien comprendre (quelques gadgets hi-tech permettent une traduction mécanique), mais de la civilisation japonaise, et de la façon de penser de la société japonaise.


Torii en ville
(Nikkor 28-300mm à 300mm, ISO 320)

Dans un pays qui mêle aussi facilement tradition et modernité...

Tōkyō, parc Ueno
(Nikkor 28-300mm à 135mm, ISO 900)

...peut-on s'étonner qu'un moine utilise un 70-200mm f/2.8 sur son Nikon de cette façon-là ?

Le bonze au Nikon
(Nikkor 28-300mm à 135mm, ISO 180)


(Pfff... quel pays, un professionnel des forces spirituelles qui néglige de mettre le parasoleil de son Nikon)

😊

De quoi en être tout chamboulé !
Yoyogi le dimanche !
(Ci-contre :
"cosplay" à l'entrée Harajuku du parc Yoyogi)
(Nikkor 28-300mm à 210mm, ISO 1600)


Temple by night
(Nikkor AF-S 24mm f/1.4, 1/30sec, f/2, ISO 1600)


Métro : qui n'a pas son smartphone ?

Dans le métro
(Nikkor AF-S 8-15mm à 15mm, ISO 1800)

...les personnes qui dorment.

Dodo au métro
(Nikkor AF-S 24mm 1.4, 1/20sec, ISO 1600)


Au Japon, on porte un masque non pas pour se protéger, mais pour protèger les autres lorsqu'on est malade.
(NB : image réalisée avant la pandémie qui a rendu familier l'usage des masques chez nous)

Image prise avant que le port du masque ne soit obligatoire !
(Nikkor 28-300mm à 135mm, ISO 1600)


Peut-être le plus facile à comprendre au Japon, ce sont les rockeurs et le rock'n'roll. Yeahhh !!!

Rock'n roll !
(Nikkor 28-300mm à 300mm, 1/2000sec, ISO 1600)


Les Japonaises estiment distingué de marcher avec les pieds "en chasse-neige". Mmmouais...

Jambes tordues
(Nikkor AF-D 16mm FE, ISO 1600)

Ça c'est rock'n'roll ! 😊

Court, c'est court
(Nikkor AF-S 24mm 1.4, 1/50sec, f/2, ISO 1600)


Encore une particularité de la civilisation japonaise : l'élevage de carpes dont la valeur dépasse celle d'une voiture de luxe... voilà qui mettrait en rogne les gilets jaunes.

Carpe Diem
(Nikkor 28-300mm à 145mm, ISO 1600)

Au fait : au Japon on roule à gauche.
Et il est de bon ton d'être aussi blanc que possible : les bronzés sont des péquenots contraints de travailler en plein soleil, beurkkk quelle horreur. Alors ombrelle obligatoire, même à vélo.

Gaffe au soleil
(Nikkor 28-300mm à 28mm, 1/1000sec, f/3.5 - donc pleine ouverture - ISO 100)

(Ci-dessus, cet endroit est le pont -reconstruit- qui a servi de repère au bombardier "Enola Gay" pour larguer la bombe atomique qui a frappé Hiroshima).


Dans un pays qui a inventé des méthodes de management dans lesquelles qualité et productivité sont portées au pinacle, qui s'est penché sur la productivité des passages piétons en diagonale ?

Passage piétons en 'X'
(Nikkor 28-300mm à 48mm, ISO 1600)


Il est d'usage de dire que les Britanniques sont flegmatiques.
Et il est certain que les Japonais ne montrent jamais leurs émotions en public.

Pfff !
(Nikkor 70-200mm FL à 200mm, 1/500sec, f/2.8 -donc PO- ISO 64)

La preuve : zen. 😊

En costume traditionnel
(Nikkor 70-200mm FL à 200mm, 1/500sec, f/2.8 -donc PO- ISO 64)


Croâââ en plein centre de Tōkyō
(Nikkor 70-200mm FL à 200mm, image composite)

Tiens, à propos de corbeau...
Quelques faits en vrac, pour les fans de la civilisation japonaise :

- Au Japon, 98% des adoptions concernent des adoptés adultes, pas des enfants (source : JT France2) ; il n'est pas rare qu'un chef d'entreprise sans enfant adopte un cadre de son entreprise pour pérenniser celle-ci, en faisant de ce fils adoptif son héritier. Il est même arrivé que ce fils adoptif épouse la fille du chef d'entreprise, les mariages entre frère et soeur n'étant pas illégaux au Japon (Mais alors pourquoi avoir écrit ci-dessus "...un chef d'entreprise sans enfant" ??? Et pourquoi la fille ne pourrait-elle pas hériter de l'entreprise pour assurer sa pérennité ??? Même pas en rêve : on est au Japon. Il fallait lire évidemment "...un chef d'entreprise sans enfant mâle").

- Le Japon n'a jamais présenté des excuses pour les crimes de guerre commis durant la 2e guerre mondiale.

- Le Japon n'a jamais reconnu le massacre de Nankin commis en 1937-38, 200.000 victimes civiles, 20.000 à 80.000 femmes et enfants violés par les soldats de l'armée impériale (source : Wikipedia). Alors évidemment présenter des excuses, vous n'y pensez pas sérieusement ?

- Ceux qui croient qu'il s'agit d'une volonté légitime d'oublier, pudiquement, un triste passé honteux, ceux-là liront avec intérêt ce qui suit :
la ville d'Osaka (Japon) était jumelée avec San Francisco (Californie) depuis 1957 ; en septembre 2017, la municipalité de San Francisco a fait installer, dans un parc de la ville, un monument en mémoire des esclaves sexuelles de l'armée impériale japonaise durant la 2e guerre mondiale (femmes coréennes, chinoises, philippines ou néerlandaises, se trouvant dans les pays occupés par le Japon).
Un an plus tard, le maire d'Osaka a mis fin au jumelage soixantenaire entre les deux villes, afin d'affirmer officiellement l'opposition japonaise à l'érection de ce monument (source : Wikipedia).

- Les travailleurs immigrés ne sont pas les bienvenus au Japon (moins de 1% de la population en 2018). L'attitude du Japon vis à vis de l'étranger a parfois comme un relent de l'idéologie qui a fait fureur en Allemagne en 1933.
On connaît même un occidental qui a eu l'impudence de vouloir diriger une entreprise japonaise, et qui l'a payé par une centaine de jours en garde-à-vue (Carlos, si tu lis ces quelques lignes, un chèque de soutien ?...) 😊


Gare de Kyōto
(Nikkor 28-300mm à 122mm, ISO 140)

L'ai-je bien descendu ? 😊






Fin.
"Made in Japan".







Toutes les images de cette page ont été réalisées avec des objectifs Nikkor
sur boîtiers Nikon D800E et D810.